Accueil Société Alioune Tine sur la polémique politico-religieuse : « Il faut que ça cesse ! »

Alioune Tine sur la polémique politico-religieuse : « Il faut que ça cesse ! »

2 lecture min
0
0
80
Alioune Tine sur la polémique politico-religieuse : « Il faut que ça cesse ! »

 « La polémique politico-religieuse qui enfle de jour en jour doit absolument s’arrêter, car elle constitue une menace pour l’unité du pays et n’apporte pas grand-chose à l’islam ni au débat national », telle est la déclaration faite par Alioune Tine. En effet, le directeur régional d’Amnesty International en Afrique de l’Ouest et du centre, appelle à mettre un terme à la polémique politico-religieuse.

En effet, Alioune Tine pense que ce débat n’apporte rien de bon au Sénégal. Pour le responsable de la Société civile, le mois de Ramadan dans lequel on est, est propice au pardon, à la tolérance et à la solidarité.

« Nous sommes à la veille d’une élection aux enjeux élevés dans un contexte où le pré-contentieux électoral est lourd, les crises politiques économiques, sociales et écologiques patentes ou latentes sont des bombes à retardement. Jamais dans l’histoire récente de notre pays, le dialogue politique responsable, sincère et inclusif n’aura été aussi nécessaire et indispensable », a indiqué Alioune Tine.

Pour conclure, ce dernier a fait savoir que le dialogue est devenu incontournable si on veut éviter au Sénégal des perspectives malheureuses. « La responsabilité des autorités est de l’engager sans délai en usant des moyens appropriés avec l’aide de toute la société civile et de bonnes volontés. À défaut, il faut se préparer à un processus électoral tendu et une situation postélectorale confuse et incertaine. »

A.Ndiaye -Rue23.net

Charger plus d'articles
Charger plus par Rue23
Charger plus dans Société

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Dahra : L’ancien maire, Aly Saleh est décédé

L’ancien maire de Dahra est décédé hier, Lundi 17 Septembre 2018 à Dahra. Une perte qui a …