Accueil Santé Le Sénégal abrite les festivités de la journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale

Le Sénégal abrite les festivités de la journée internationale pour l’élimination de la fistule obstétricale

5 lecture min
0
0
112
Le Sénégal abritera les festivités de la journée internationale pour l'élimination de la fistule obstétricale

La Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (CEDEAO) a porté son choix sur le Sénégal pour célébrer la Journée internationale pour l’élimination de la Fistule obstétricale ce mercredi, en réhabilitant le centre MARFO, indique un communiqué de l’institution sous-régionale, selon l’APS.

« Pour l’année 2018, la CEDEAO a retenu de célébrer cette journée au Sénégal, après la célébration de l’édition 2017 en République du Libéria. Les manifestations prévues pour cette journée seront menées en collaboration avec le ministère de la Femme, de la Famille et du Genre de la République du Sénégal », informe le texte.
Il ajoute que les festivités seront marquées par la réhabilitation du Centre MARFO, centre de référence de traitement de la Fistule obstétricale au Sénégal.

Il s’agit principalement de la « réfection des locaux dudit centre par la construction d’une buanderie moderne, la mise à disposition de kit d’hygiène et de draps, l’équipement en matériel informatique, la dotation de mobiliers de bureau et la remise de financements aux femmes guéries de la fistule et ayant été formées en activités génératrices de revenus ».

La Fistule obstétricale (FO), souvent « méconnue de la majorité de la population est une maladie qui se manifeste par une perte incontrôlée d’urines et/ou de selles due à une perforation des parties intimes de la femme, entraînant ainsi des infections urinaires et de fortes odeurs » fait savoir le document selon la même source.

Poursuivant que « la fistule survient durant les accouchements prolongés, compliqués et sans assistance médicale ».

« Les causes profondes sont liées aux mariages précoces et/ou forcés, aux maternités précoces, aux mutilations génitales féminines telles que l’excision, à l’absence de consultations prénatales et d’assistance médicale au moment de l’accouchement, à la malnutrition, à la pauvreté, etc. » apprend -on.

La Commission de la CEDEAO, à travers son Centre pour le développement du genre basé à Dakar, a pris l’initiative depuis 2010 d’exécuter un programme de taille de soutien médical et financier aux femmes et aux filles victimes de fistule dans ses Etats membres.

Ce programme est mis en œuvre dans 14 Etats membres de la CEDEAO à savoir : le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, la Gambie, le Ghana, la Guinée, la Guinée Bissau, le Liberia, le Mali, le Niger, le Nigéria, le Sénégal la Sierra Léone et le Togo.
A. Diallo -Rue23.net

Charger plus d'articles
Charger plus par Rue23
Charger plus dans Santé

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Edition 2018 du « Ndogou » de la Fondation Kéba Mbaye

La Fondation Kéba Mbaye « Ethique et solidarité » a lancé, jeudi à Dakar, sa traditionnell…