Accueil Politique Me Seydou Diagne : «Macky Sall ne s’en sortira pas comme ça »

Me Seydou Diagne : «Macky Sall ne s’en sortira pas comme ça »

4 lecture min
0
0
42
« Le président de la République ne peut pas ignorer que le pourvoi en cassation est suspensif en matière pénale. Toutes les sanctions sont gelées, dans un délai de 51 jours. Khalifa Sall avait 51 jours pour attaquer la décision de la Cour d’Appel devant la Cour Suprême, qui a deux semaines pour dire si la décision de la Cour d’Appel est correcte ou pas », telle est la déclaration faite par l’un des avocats du maire de Dakar, Khalifa Sall, hier Mercredi au cours d’une conférence de presse. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a annoncé que le collectif des avocats de Khalifa Sall va attaquer le décret de révocation de leur client pour excès de pouvoir. A l’heure actuelle, dit-il : « nous ne sommes pas gouvernés par des lois, mais par la volonté d’un président de la République. Il interdit des marches, il fait arrêter ses adversaires politiques qui constituent une menace pour lui. Cela peut arriver dans tous les pays, mais face à cela, il faut une justice courageuse. Capable de dire le Droit. Le problème du Sénégal, c’est que nous n’avons pas de juges assez indépendants, impartiaux pour rendre une décision de justice ». « Malgré toutes les décisions de la Cour de Justice de la CEDEAO, notre justice a trouvé les moyens de le condamner. La Cour d’Appel a dit dans son arrêt que les enquêtes préliminaires, les PV d’audition faits à la DIC sont nuls. Comment en est-on arrivé alors à les condamner ? », se demande-t-il. « Si les auditions, les confrontations, les procès-verbaux de la Division des investigations criminelles (DIC) sont nuls, alors tout le reste est nul », note l’avocat. Il n’a pas manqué d’ajouter que le président de la République a tenté par les urnes de contrôler la mairie de Dakar, à plusieurs reprises en vain. Maintenant, il prend son décret pour le révoquer et prendre la mairie des mains de Khalifa Sall. « Nous allons attaquer le décret devant la Cour Suprême pour excès de pouvoir. On verra si la Cour suprême aura le courage de dire au président qu’il a violé la loi ou pas », note Me Seydou Diagne. Avant d’ajouter : « On espère qu’avant qu’on ne dépose notre recours, il va se rendre compte de son erreur et abroger son décret ».

« Le président de la République ne peut pas ignorer que le pourvoi en cassation est suspensif en matière pénale. Toutes les sanctions sont gelées, dans un délai de 51 jours. Khalifa Sall avait 51 jours pour attaquer la décision de la Cour d’Appel devant la Cour Suprême, qui a deux semaines pour dire si la décision de la Cour d’Appel est correcte ou pas », telle est la déclaration faite par l’un des avocats du maire de Dakar, Khalifa Sall, hier Mercredi au cours d’une conférence de presse. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle il a annoncé que le collectif des avocats de Khalifa Sall va attaquer le décret de révocation de leur client pour excès de pouvoir.

A l’heure actuelle, dit-il : « nous ne sommes pas gouvernés par des lois, mais par la volonté d’un président de la République. Il interdit des marches, il fait arrêter ses adversaires politiques qui constituent une menace pour lui. Cela peut arriver dans tous les pays, mais face à cela, il faut une justice courageuse. Capable de dire le Droit. Le problème du Sénégal, c’est que nous n’avons pas de juges assez indépendants, impartiaux pour rendre une décision de justice ».

« Malgré toutes les décisions de la Cour de Justice de la CEDEAO, notre justice a trouvé les moyens de le condamner. La Cour d’Appel a dit dans son arrêt que les enquêtes préliminaires, les PV d’audition faits à la DIC sont nuls. Comment en est-on arrivé alors à les condamner ? », se demande-t-il.

« Si les auditions, les confrontations, les procès-verbaux de la Division des investigations criminelles (DIC) sont nuls, alors tout le reste est nul », note l’avocat.

Il n’a pas manqué d’ajouter que le président de la République a tenté par les urnes de contrôler la mairie de Dakar, à plusieurs reprises en vain. Maintenant, il prend son décret pour le révoquer et prendre la mairie des mains de Khalifa Sall.

« Nous allons attaquer le décret devant la Cour Suprême pour excès de pouvoir. On verra si la Cour suprême aura le courage de dire au président qu’il a violé la loi ou pas », note Me Seydou Diagne. Avant d’ajouter : « On espère qu’avant qu’on ne dépose notre recours, il va se rendre compte de son erreur et abroger son décret ».

A.Ndiaye -Rue23.net

Charger plus d'articles
Charger plus par Rue23
Charger plus dans Politique

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Dahra : L’ancien maire, Aly Saleh est décédé

L’ancien maire de Dahra est décédé hier, Lundi 17 Septembre 2018 à Dahra. Une perte qui a …