Accueil Justice Affaire Karim Wade : la justice française déboute l’Etat du Sénégal

Affaire Karim Wade : la justice française déboute l’Etat du Sénégal

4 lecture min
0
0
38

La cour d’appel de Paris a confirmé hier, Mercredi 14 mars 2018, le jugement rendu le 26 septembre 2016 par le tribunal de grande instance de Paris refusant la demande du Gouvernement Sénégalais de saisir les biens que détiennent l’ancien ministre sénégalais Karim Wade en France et de l’homme d’affaires Ibrahim Abou Khalil, dit Bibo Bourgi.

Le fils de l’ancien président du Sénégal Abdoulaye Wade (2000-2012) et son ami Bibo Bourgi ont eu gain de cause. Le jugement de la controversée Cour de répression de l’enrichissement illicite (CREI) se trouve désavoué.L’infraction d’« enrichissement illicite » si chère à la justice sénégalaise, qui avait ainsi condamné les deux hommes en 2015, année de la demande d’entraide pénale internationale de l’Etat du Sénégal, n’est pas reconnue en droit français. Le magistrat parisien a ainsi cherché des qualifications conformes aux textes de loi des crimes présumés : de la corruption au blanchiment de fonds en passant par les abus de biens sociaux. Mais rien n’a pu être établi.

Condamnés à six ans de prison ferme et à une amende de 138 milliards de francs CFA (209 millions d’euros) pour « enrichissement illicite », Karim Wade a été gracié, de même que M. Aboukhalil, par le chef de l’Etat sénégalais, Macky Sall, en 2016. Après trois ans de détention à la prison de Rebeuss, à Dakar, Karim Wade s’est installé au Qatar. M. Aboukhalil, qui a souffert de graves problèmes de santé, a rejoint la France.

« La justice sénégalaise a été instrumentalisée. La détention de Karim Wade était arbitraire et l’arrêt de la CREI est dépourvu de toute valeur juridique », souligne le collectif des avocats sénégalais et français de M. Wade. Et de poursuivre sur un registre plus politique : « Aucune nouvelle manipulation de la justice sénégalaise n’empêchera Karim Wade d’exercer ses droits civils et politiques pour une candidature effective à l’élection présidentielle de février 2019. »

Sa formation politique, le Parti démocratique sénégalais, a récemment réaffirmé sa volonté de faire de Karim Wade son candidat à l’élection présidentielle. D’ici là, à Doha, d’où il suit l’évolution politique de son pays et s’entretient régulièrement avec ses relais, il prépare son retour à Dakar, où il pourrait être attendu de pied ferme.

 

Source: Le Monde

 

 

Charger plus d'articles
Charger plus par Rue23
Charger plus dans Justice

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Dahra : L’ancien maire, Aly Saleh est décédé

L’ancien maire de Dahra est décédé hier, Lundi 17 Septembre 2018 à Dahra. Une perte qui a …