Accueil A la une EL.Hadj Hamidou Kassé : Je ne suis pas pour…

EL.Hadj Hamidou Kassé : Je ne suis pas pour…

6 lecture min
0
0
89

Le chargé de la communication de la présidence de la République, en l’occurrence le Ministre Conseiller El Hadj Hamidou Kassé, s’est dit partant pour une amélioration graduelle de la justice et non pour une République de Juge.

 « Personnellement, je pense que dans la justice, comme dans tous les autres secteurs, il y’a des changements à faire (…) et moi je ne nourris aucun complexe quand je dis que mon choix aujourd’hui, c’est celui de réformes progressives pour changer l’ordre des choses », a-t-il fait savoir.

« Je ne dis pas qu’il n’y a pas de problèmes, je dis tout simplement qu’il est trop facile pour un magistrat de dire : « oui, la justice n’est pas indépendante », a déclaré El Hadj Hamidou Kassé dans un entretien avec la rédaction de l’APS dont il était l’invité.

Selon lui, le problème qui mérite d’être posé est celui de savoir « si c’est l’Etat qui impose l’indépendance à un juge, à un magistrat, ou alors est-ce que l’indépendance est une démarche tout à fait individuelle qui consiste à assumer et à s’assumer conformément au seul tribunal de sa conscience ».

Il fait savoir que les sociétés humaines, dans le cadre des mutations qu’elles sont appelées à opérer, ont le choix entre une révolution, « conçue comme une rupture fondamentale » pour « un ordre tout à fait nouveau », et les réformes progressives.

« L’opinion que j’ai est qu’on oublie souvent que le Sénégal a 57 ans si on part de son indépendance. Et on ne peut pas demander au président Macky Sall, en six ans, de bouleverser complètement l’ordre des choses », a lancé El Hadj Kassé, interrogé sur la récente démission du juge Ibrahima Hamidou Dème.

Ce magistrat, avocat général à la Cour d’appel de Dakar, avait déjà pris la décision il y a quelques mois de démissionner du Conseil supérieur de la magistrature (CSM), déjà pour s’insurger contre le manque d’indépendance selon lui de la justice.

Certains acteurs de la justice et des observateurs estiment que le président de la République ne devrait pas siéger au sein de cette instance qui a en charge la gestion de la carrière des magistrats du parquet.

Dans sa lettre de démission, dont plusieurs quotidiens sénégalais se sont fait l’écho, le juge Dème fait état d’une justice vivant « une crise sans précédent » et qui « a perdu sa crédibilité et son autorité », avant de déplorer « la crise morale » que le Sénégal traverse selon lui.

L’autonomie d’une partie du système judiciaire « ne doit pas primer sur l’exigence d’équilibre. Personnellement, je ne suis pas pour la République de juge », réplique El Hadj Hamidou Kassé.

Il insiste par ailleurs la nécessité de trouver une harmonie entre les différents pouvoirs législatif, judiciaire et exécutif. « Maintenant, dans cet équilibre-là, il y’a des prérogatives à renforcer, des mécanismes à renforcer, des procédures à renforcer pour que justement personne ne se sente lésé », a-t-il conclu.

A.Ndiaye-Rue23.net

Charger plus d'articles
Charger plus par Rue23
Charger plus dans A la une

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Voir aussi

Dahra : L’ancien maire, Aly Saleh est décédé

L’ancien maire de Dahra est décédé hier, Lundi 17 Septembre 2018 à Dahra. Une perte qui a …